• De qui Marcela Iacub est-elle le nom?

    Marcela Iacub....

    Il y a peut-être qu'une poignée de chiennes soumises à leur colère, vieilles punk revenues presque de tout, de tous, pour trouver ça "dur à avaler".... (http://www.lemonde.fr/livres/article/2013/02/28/dur-a avaler_1840171_3260.html)

    ...

     

    Je ne vais pas faire mieux que Virginie Despentes, dire autre chose, parce qu'a vrai dire je suis entièrement d'accord avec elle. Mais il faut que je dise quelque chose car c'est dégueulasse ce qui se passe dans les plis des quotidiens et hebdos Français...

     

    Bordel Joffrin avec quoi tu viens ? (Nan, en fait, ne me le dis pas, je ne veux pas le savoir, je me fous de savoir ce qui fait remuer l'intérieur de ton falzar). C'est quoi cette diatribe sur le bien-fondé littéraire de ce ramassis de conneries, qu'est Belle et Bête?

    Et sur le ton de La Despentesque énervée je dis que le jour où une nana dit clairement NOMEANSNO par voie de presse, de librairie et autres, on nous la présente comme une pauvre petite fille un peu perturbée ( Ah oui pardon vous ne saviez pas mais les abus sexuels perturbent, bande de vieilles merdes), qu'il faut lui pardonner, avec quelques cachets vous inquiétez pas ça va lui passer, perturbée dis-je donc, sous entendue menteuse, manipulatrice, affabulatrice.... Je parle de T.Bannon, bien sûr.

     

    C'est quoi? C'est que la fille d'une nana connue, proche des DSK-Sinclair ait osé braver son milieu, qui vous la coupe? En plus elle est bonnasse énonce des vérités, faut lui faire fermer sa gueule. 

    A votre avis, l'arme qui a été utilisée pour faire taire les chiennes échaudées, l'argument qui fait mouche toujours, merci tonton Freud...? C'est vraie elle est gentille mais perturbée, elle est hystérique ne croyait pas ce qu'elle dit elle ne sait pas ce qu'elle fait....

    Iacub écrit et vous vous sentez libérés : "et la pauvre est revenue dans la chambre pour voir si tu lui avais laissé un quelconque pourboire mais il n’y avait rien. Même pas un mot, même pas une fleur. La femme de chambre a été horriblement offensée mais elle n’a pas été violée." 

     

    Non attendez ! Je me pause et vous explique... Enfin vais tenter d'analyser ces lignes devenues depuis hier anthologiques à mon personnel panthéon littéraire...

     

    "Et la pauvre est revenue dans la chambre pour voir si tu lui avais laissé un pourboire...."

    Un pourboire? 

    Nan mais parce que en fait si tu forces une meuf, tu la dédommages derrière c'est un moindre mal? Pardon si tu trousses une domestique, tu n'as même pas besoin de lui lâcher un pourliche... Sous-entendu c'est parce que la Renoie était vénère de se la prendre dans la gorge sans contrepartie qu'elle a été balancé DSK aux keufs?

    Ha ok...

     

    Tout de suite la suite.... "(...) Il n'y avait rien. Même pas un mot, même pas une fleur."

    ...

    Heu Iacub ! Peloton d'exécution, ni fleurs ni couronnes : connasse!(vas-y fais-moi un procès s'il te plait!).

     

    C'est vrai que DD FMI aurait pu quand même se fendre d'un geste... On le sait que les femmes ont besoin d'attention, surtout après l'acte sexuel, bordel... C'est un secret pour personne, car après tout depuis le temps qu'on nous abreuve de consignes diverses et variées sur les comportements dignes de ce nom à avoir selon les codes de la galanterie, on peut reconnaitre que là,  DD a chié dans le pâté.

    Donc selon ma nouvelle amie Marcela, Naficiatou aurait moyennement apprécié de pomper sans trouver le p'tit layus qui va bien sur la moquette du genre  hyper flatteur : tu te débrouilles mieux que ma femme...? Genre?  Un p'tit coup de fil à Interflora ça ne mange pas de pain...

     Ce qui nous amène à ces  lignes édifiantes : "la femme de chambre a été horriblement offensée mais elle n’a pas été violée."

     

    Ok alors heu c'est quoi exactement le concept du viol?

    Non je pose la question sérieusement. 

    Si on se référence  à un bouquin que tout homme et femme qui se respecte devraient lire au cours de son existence, à savoir le rapport HITE (Le rapport Hite est une étude sur la sexualité humaine publiée en 1976 par la sexologue Shere Hite sur la base d'une étude statistique de grande ampleur menée de façon anonyme auprès des femmes américaines (et des hommes par la suite). Ce livre a fait scandale par ses conclusions très éloignées des représentations contemporaines concernant les pratiques sexuelles et leur fréquence dans la population. srce WIKIPEDIA). Bref donc si on se réfère à ce livre, on peut y lire des témoignages fort intéressants tels que ceux notamment de femmes qui ont compris des années plus tard au cours de certaines de leurs relations avoir été abusées sexuellement (et pas financièrement Marcela, y a une nuance!).

    Tout comme quand tu lis "le viol au masculin" du sociologue Daniel Waetzerlang, où l'on se rend compte que la plupart des mecs au trou, donc condamnés,  pour agression sexuelle ne considèrent pas avoir violé leur victime. 

     

    ca découle de quoi ce sentiment?

     

    Je crois, je suis même convaincue que si notre vision de la sexualité n'était pas basée sur la pénétration et le devoir, le concept d'agression sexuelle ne poserait pas les mêmes problèmes ne serait-ce qu'au point de vue légal. 

    Je m'explique.

    L'acte sexuel est basé sur la pénétration du vagin par le sexe masculin, uniquement, pour qu'il soit reconnu comme tel. (Oui parce que je vous rappelle que vous êtes censé-e-s niquer pour vous reproduire pas pour vous amuser faut pas déconner). (Je ne parle ici que des actes hétéros parce qu'on sait bien que les lois ont été érigées par des hommes, pour la plupart hétéros).

    Je continue, tout acte sexuel tel que pipes, cunis, caresses, branlettes,  etc. sont du domaine des... Préliminaires.

    Ce qui sous- entend donc que l'acte sexuel est consommé seulement une fois que les corps ont été emboités l'un DANS l'autre.

     

    Mais où elle veut en venir la reloue, là?

    Elle vient vous inquiéter pas, elle vient ! 

    A votre avis pourquoi il y a une différence textuelle dans la loi entre viol et agression sexuelle?

    Ça vient d'où cette idée?

    Ça vient du fait que tu es violé-e lorsque la bite d'un mec te pénètre. 

    Lorsqu'il te force à le branler ou à le sucer c'est une agression sexuelle.

    C'est pas pareil, il n'a pas offensé Monseigneur, ni ton Père, ni ta Mère puisqu'il t'a pas baisé.

    Tu seras toujours bonne à enfanter.

     

    Ah oui quant au principe de devoir, qui est dans les textes de loi, qui est dans les fondements du mariage, qui est dans nos cerveaux faut-il simuler ou pas (merci Marie-Claire), il s'associe donc directement à la possession du corps de l'autre. 

    Si tu ne m'arrose pas j'me casse.

    Si je ne peux pas te sauter je te ferais pas de cadeaux à Noel.

     

    Basés donc sur ces poncifs directoires comment voulez-vous qu'ensuite des Marcela Iacub ne se sentent pas pousser des ailes.

     

    Comprenons-nous bien je me fous hein qu'elle écrive un bouquin (enfin non parce que c'est du gâchis de papelard, mais bon), qu'elle décrive sa sexualité avec le DD Eructo-capitalo. J'm'en fous si ça peut la soulager.

     

    Par contre que cette femme vienne affirmer pour toutes les autres (et là du coup je me sens concernée) ce cliché qu'une femme bafouée devient affabulatrice, là, je rejoins Virgine Despentes et je dis putain ca a vraiment du mal à passer.

     

    Enfin je voudrais préciser, pourquoi moi je me dis plus antisexiste que féministe.

    Parce que pour moi, être une femme n'a jamais été un gage de qualité, moi j'me fous des féministes ELLE, je ne suis pas pour que y est plus de meufs dans la police ou au gouvernement parce que l'état dit démocratique, tel qui nous ait imposé m'emmerde prodigieusement.

    J'aurais tendance à respecter vachement plus la nana qui vend sa chatte sur le marché que celle qui a fait un "beau mariage" pas assumé mais qui ne se considèrera jamais comme une pute, elle.

     Pour parler de moi alors que je réfléchis aux rôles qu'on nous impose, qu'on nous vente depuis aeternam, alors que j'ai expérimenté le réflectif au sein de groupes plus ou moins militants, plus ou moins mixés, je suis moi-même empreinte de codes sociétaux, dégueulasses, je me comporte dans le social homme- femme comme la victime qu'on veut que je sois. Parce qu'être la victime c'est être protégée, encore faut-il se comporter comme telle, perpétrer ce rôle, ces codes-là.

     

    Et je me trouve dans bien des comportements assez dégueulasse. 

    Je perpétue donc, oui c'est certain quand tu es une fille on t'apprend à manipuler l'autre d'en face.  C'est un jeu que toutes les filles ont appris un jour. Cela ne veut pas dire que toutes les filles s'en accommodent et le prennent pour fonctionnement.

     

    On peut, on doit se détacher de ces comportements qui nous affligent et nous asservent.

     

    Pour revenir une dernière fois sur la phrase "la femme de chambre a été terriblement offensée mais pas violée", je dirais que justement, le viol est lié à une histoire personnelle, à un passif. 

    Je veux bien entendre que le DSK dans son jeu sexuel n'est pas considéré agressé cette femme. Oui ca je peux l'entendre.

    Je peux entendre aussi que cette femme de chambre se soit dit ce mec a du pognon je vais lui faire payer. 

    En, quoi cela enlève le geste agressif.

    En quoi cela enlève l'idée, le principe que cette femme se SOIT SENTIE violée?

     

    Et au nom de quel droit, de quelle légitimité M.Iacub affirme publiquement  que Naficiatou Diallo n'a pas été violée.

    Evidemment cela rejoint ce que je disais plus haut, être une femme n'est pas un gage de qualité.

    Protégée par une presse dirigée par des mains masculines qui s'empare de son bouquin pour en faire un évènement littéraire, Iacub se sent en sécurité, et je la comprends. Elle est dans un rôle classique évident pour tout le monde.

     Je suis une chienne soumise à ma colère peut-être mais j'existe aussi sans les autres.

    Iacub n'est peut-être finalement que le nom du renoncement. 

     

    Que ça fasse gerber quelques vieilles acharnistes ébouriffées lui rendra pas l'oreille, mais on aimerait que cela puisse lui faire fermer sa gueule.

    « Quentin UnchainedEt soudain tout le monde me manque*... »

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    1
    AnToine F.
    Vendredi 15 Mars 2013 à 16:18

    Cette femme a vendu son cul pour un éclat médiatique... C'est pathétique, mais c'est son problème. Une question cependant: pourquoi associe-t-telle aux autres sa propre dégueulasserie?

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    2
    Soyonsprécis
    Vendredi 22 Mars 2013 à 11:42

    Petite erreur dans votre article (petite mais qui me semble importante pour votre démonstration) : le fait d'imposer une fellation à un individu est un viol. Pour qu'il y ait viol, il faut comme vous le dîtes, qu'il y ait un acte de pénétration et plus précisément, un acte de pénétration sexuelle. Or, le fait d'introduire son sexe dans la bouche de quelqu'un constitue un acte de pénétration sexuelle au regard de la loi, permettant la qualification de viol.

    3
    En attendant Profil de En attendant
    Vendredi 22 Mars 2013 à 11:55

    Je pense que vous n'avez absolument pas compris la démarche de mon article..... CE n'est pas une erreur. C'est ainsi que c'est perçu par la plupart et de spersonnes et des flics.... Si vous n'avez pas ete pénétrée par un sexe d'homme  par le vagin  vous n'avez pas et eviolée... RElisez ce que j'ai écrit.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :